Ce "Quelque chose d'écrit" est le titre d'une note (n°37) du livre posthume de Pier Paolo Pasolini ,"Petrolio", composé de  notes , d'écrits pas vraiment mis en ordre, pas terminés, jetés sur le papier à partir de 1973 (il est mort le 1er novembre 1975)

   Pasolini voulait laisser une somme de tout ce que fut sa vie , "quelque chose d'écrit" qui lui survive et qu'il ne finirait peut-être jamais ; c'est comme un brouillon des notes écrites au jour le jour , travail qui s'est terminé brutalementpar sa mort sur la plage d'Ostie.

   Emanuele Trevi, écrivain et critique littéraire (la Repubblica, le Corriere della sera...) a voulu approfondir sa connaissance de P.P.Pasolini , d'abord en travaillant aux archives du fonds Pasolini, piazza Cavour à Rome , dirigé par Laura Betti ,un sacré caractère, amie de P.P.P... Travailler  là fut une épreuve ; il l'appelait dans son for intérieur , "la Pazza", la folle, Elle était enragée elle voulait être ,  se sentir P.P.P. , le seul homme qui avait droit au masculin ; à tous les autres , elle donnait des surnoms féminins , même Moravia qu'elle appelait "la  Nonna"- la grand-mère-.

   Emanuele Trevi a "épluché" "Petrolio", ce livre immense que j'ai lu en italien peu après sa sortie en 1992 et qui a fait couler beaucoup d'encre . Certains ont dit qu'un tel livre n'aurait pas dû  être publié , qu'il a sali la mémoire de P.P.P. D'autres au contraire ont crié au génie  ...  Le héros est double, Carlo 1 et Carlo 2 , le second étant la part féminine du premier  ..Des passages sont assez scabreux (il pratone della Casilina, n°55) et ont inspiré des films ; j'ai eu l'occasion d'en voir un à Locarno , assez contesté - je ne me souviens plus du réalisateur  -  Dans Petrolio , l'auteur parle de tout , du fascisme,  de la mythologie , de la société  , du sexe..   , en somme le livre d'une vie... E.Trevi donne son avis sur toute cette " histoire presque vraie d'une rencontre  impossible avec P. P .P .  Il y aura toujours des choses qui échappent à ceux qui veulent  s'approcher de cette personnalité exceptionnelle. Laura Betti a été la farouche gardienne de son ami, traitant assez mal ceux qui venaient chercher aux archives le petit " je ne sais quoi" qui pourrait les éclairer sur leur idole ....E. Trevi  raconte aussi   deux voyages  en Grèce , le premier avec Laura Betti et un critique littéraire , Massimo Fusillo ; grâce à celui-ci , Laura Betti  a été moins agressive, voulant faire bonne figure .. Ils sont allés près d'Athènes, à Eleusis , lieu sacré de la mythologie grecque , terre de Demeter, déesse du blé, mère de Perséphone qu'elle a eue de Zeus ;on parle des mystères entourant des rites initiatiques célébrés là...L'auteur y retourne en 2011 pour essayer d'approfondir  ces mystères dont parle aussi  P.P.P.dans Petrolio...

    Le livre de E.Trevi  est intéressant et me donne l'envie de relire Petrolio  - un gros pavé de presque 600 pages très denses , tout ,ou presque ,ce qui fut Pier Paolo Pasolini ....