dinablog

01 août 2017

Lecture: "Migrations" de Milos Tsernianski

 

  Un gros pavé de 1163 pages que j'ai mis longtemps à lire. Une belle littérature qui peint la vie près du Danube et le paysage - le passage des Carpates- qui joue un grand rôle dans le livre.

  Le peuple serbe rêve de Russie , mais les migrations s'arrêteront en Autriche, peu d'entre eux iront jusquau bout de leurs ambitions..

 Beaucoup de personnages dans le livre et on suit en particulier Pavle Issakovitch ,  veuf  un peu fantasque qui serait comme le prototype du serbe migrant.

 Je transcris le texte de la quatrième de couverture.

 " Au XVIII ème siècle, pour fuir la domination des Turcs, des milliers de Serbes émigraient vers l'empire  voisin. Ils devenaient militaires ou commerçants. Mais beaucoup d'entre eux rêvaient d'une terre plus lointaine, une terre slave et orthodoxe comme la leur, où ils pourraient refaire leur vie: la Russie.

   "Migrations" est le roman de cette diaspora. Au-delà de l'anecdote historique, entremêlée de drames et de comédies, un sentiment  de profonde mélancolie parcourt le livre . Du malheur de  notre condition,Tsernianski ne coclut pas au silence ou à l'absence des dieux. Au contraire, une divinité perfide- qu'il nomme "le hasard comédien "- semble toujours se jouer cyniquement du sort des individus et des peuples" 

 

 

 

 

Posté par dina_gar à 11:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 juillet 2017

film: "Ce qui nous lie" de Cédric Klapisch

 

   

      Ce film se déroule dans une région viticole , la  Bourgogne,  au sein d'une famille de vignerons . Seul, un des fils veut  s'évader  de ce milieu .. Il part pour un long voyage autour du monde , voyage qui durera 4ans et 11 mois. Pendant tout ce temps  il n'envoie pas de nouvelles à sa famille. Mais le père tombe gravement  malade  et le "vagabond" va rentrer au bercail.

     Pas facile pour lui de justifier cette longue absence; les liens familiaux doivent se recréer .. Sa soeur Juliette est contente de retrouver son frère , mais il n'en va pas de même pour Jérémie ; car , sous tout cela ,  se pose le problème de la succession...

    Un film qui plonge le spectateur dans le monde du vin  , avec le vocabulaire adéquat ; j'avoue que   ce sujet m'intéresse peu ; mais il y a  les relations  entre les frères et soeur autour de l'héritage , problème souvent épineux...; et le réalisateur  sait l'effleurer sans  aigreur  , la vigne et le vin  resteront  le lien essentiel de la fratrie...

   

Posté par dina_gar à 14:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Film: " l'amant d'un jour" de Philippe Garrel

 

  Un père , Gilles ,  prof de philo (Eric Caravaca) a divorcé trois fois et vit avec  une nouvelle amie Ariane (Louise Chevillotte) qui a le même âge ( 23 ans ) que sa propre fille  Jeanne ( Esther Garrel ) .Ces trois personnes vivent sous le même toit.

   Au début du film  deux scènes contemporaines qui  dévoilent  les relations entre les personnages,  l'une  d'un orgasme   assez bruyant entre Gilles et Ariane , l'autre où l'on voit Jeanne qui pleure  un amour perdu...

    Ariane aime le sexe , c'est une femme fatale que Jeanne voit par hasard en photo sur la première page  d'une revue pornographique .

     A la fin du film Gilles voit Ariane dans les  bras d'un autre amant  , jeune celui- là....

     Des images superbes en noir et blanc ,  c'est un film de Philippe Garrel... difficile à oublier...

 

 

Posté par dina_gar à 11:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 février 2017

lecture:" Vies minuscules" de Pierre Michon

 

 

        Dans ce beau livre j'ai aimé le style, une écriture  qui , après  peu de pages, m'a conquise . Huit vies de personnes seules ou en  couple  ou avec lien fraternel, très différentes mais chacune d'un grand intérêt ,même- surtout- si qualifiées de minuscules.

        D'abord André Dufourneau, jeune orphelin  placé dans une famille où on le fait travailler, pour son bien ...

        Puis la" vie d'Antoine Peluchet", chronique d'une famille avec les travaux des champs , des faits réels ou imaginés comme le voyage en Amérique , les bistrots aussi, lieux de bavardages du village...

        " Vie d'Eugène et de Clara" , les grands parents du narrateur , " Clara qui éclipsait presque totalement la figure de mon grand-père Eugène".

        "Vie des frères Bakroot" permet d'évoquer l'enfance du narrateur , en classe avec l'un des frères  , puis la pension . C'est l'occasion aussi ,pour celui qui écrit, de parler de lui  ; il a grandi ,a fait du théâtre ,a une amie Marianne , il boit un peu trop    , vit une grosse bagarre avec  un aviné comme lui  ,  il est blessé au visage  et fait connaissance de la vie à l'hôpital où il lit le livre qu'il emmène partout ," Gilles de Rais ". Là , il rencontre Foucault , le "père Foucault " comme l'appellent les infirmières . La" vie de Foucault " m'a émue , personnage  humble et plein de dignité...

     Ensuite ce seront les vies" de Georges Bandy" ," de Claudette " et "de la petite morte"

     Un livre passionnant  , plein d'humanisme,  que j'avais du mal à quitter . Il m'a donné l'envie  de lire d'autres livres de Pierre Michon .

 

Posté par dina_gar à 10:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 janvier 2017

Film: "Paterson" de Jim Jarmusch

 

   Un très beau film, tout simple , presque pas d'action , mais qui laisse le spectateur stupéfait par la beauté qui s'en dégage.

 Tout s'appelle "Paterson" , la ville dans le New Jersey , la compagnie de  transport urbain  , le conducteur  du bus...

 On voit la vie paisible  du couple  , lui chauffeur du bus (Adam Driver), elle artiste toujours enthousiaste de tout  (Golshifteh Farahani) et leur chien  ( j'aime les animaux et ce chien  me restera  dans la mémoire ) Selon moi  il est élément essentiel du film autant que ses maîtres.Il a une gueule très expressive  , on voit tout sur sa face, son plaisir comme son désarroi ...

 J'ai beaucoup aimé ce film.

Posté par dina_gar à 14:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Film:"Les confessions" de Roberto Ando

 

 

     En Allemagne, dans un magnifique palace de luxe , se tient la réunion du G8 qui rassemble quelques-uns des  plus grands économistes  du monde entier. Le thème est :"Comment supprimer ou atténuer la misère qui règne dans le monde".

    Parmi les spécialistes réunis par Daniel Roché, directeur  du "fond monétaire international" , il y a un moine, Salus, ( Toni Servillo) que Roché a invité  pour qu'il soit son confesseur . Cette séance de dévoilement a lieu la nuit suivante mais , secret oblige ,on ne sait rien   des échanges entre les deux hommes.

    Le lendemain on découvre Roché mort. Naturellement on ne saura rien de cette mort...

     J'ai beaucoup aimé ce film qui sait rester en dehors de toute obédience religieuse et choisit pour thème la spiritualité.

      Un film pas simple que j'aimerais revoir pour approfondir certains passages   qui restent un peu confus dans ma tête.

    

Posté par dina_gar à 14:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2017

film: " baccalauréat" de Cristian Mungiu

 

  Le thème principal du film est le rapport père-fille.

  On suit le père , Roméo, médecin, qui désire que sa file, Eliza,réussisse le baccalauréat pour qu'elle puisse continuer ses études en Angleterre ,le summum , pour lui , d'un enseignement parfait.

 C'est la veille de l'examen et c'est justement le jour où Eliza se fait agresser .Le père la soigne , entrant dans le cercle  de la corruption, autre thème fort du film.

  Roméo  aura à faire face à d'autres événements dirigés contre lui :  une pierre jetée contre son appartement brise une vitre ; hors champ , il reçoit un coup de poing ; on lui téléphone sans arrêt; un chien traverse la rue devant sa voiture...

  Et puis  Eliza aimerait être libre.Son père s'occupe trop d'elle et de son futur.

 A la fin du film , photo de groupe de la classe d'Eliza ; elle est là , souriante sur la photo, alors que son père se fait un souci monstre pour sa fille...

  Devant la joie de vivre de sa fille , Roméo  devient plus confiant en l'avenir .

 Un film agréable et plein d'espoir dans une Roumanie corrompue.

Posté par dina_gar à 11:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 janvier 2017

lecture: "la paranza dei bambini" de Roberto Saviano

 

  Les  livres de Roberto  Saviano racontent  principalement  des faits du sud de l'Italie très réalistes et violents. Ici on évoque "la paranza" mot qui signifie "groupe"avec des règles précises, des obligations... il faut avoir fait ses preuves pour y entrer.

   Les plus jeunes du groupe ont 10 ans et sont déjà dans une bande mafieuse, à sa façon. Le roman conte les conflits entre groupes , les inimitiés entre eux, les règlements de compte , l'atmosphère pesante de danger .

   Sur  la quatrième de couverture , un extrait  de dialogue, que je traduis:

        "Et il te semble que j'ai peur d'un enfant comme toi?

          Moi, pour devenir enfant  j'ai mis 10 ans,

        pour te tirer une balle dans la tête , je mets une seconde"

    Cela résume un peu l'atmosphère du livre que j''ai lu en italien .

Posté par dina_gar à 14:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 décembre 2016

Film: " Souvenir" de Bavo Defurne

 

     Un film agréable pour jour de Noêl, j'avais surtout envie de voir Isabelle Huppert en personnage principal du film .

     Liliane  est  une ouvrière dans une usine de plats cuisinés ; elle met  deux feuilles de laurier sur des pâtés agémentés  aussi de 2 olives noires.

    Jean , un jeune gars de 22 ans, travaille aussi dans cette usine ; il tombe amoureux d'elle en qui il a reconnu la chanteuse qu'elle a été.... Une histoire d'amour  naît  entre eux et il va la persuader de se remettre au chant... elle revoit aussi son ancien "manager" qui va l'aider sous condition ...

    Elle remonte sur scène , elle a changé d'apparence, elle devient la chanteuse à succès ...

   Un film comme une bluette qu'on oublie vite.. reste naturellement Isabelle Huppert

Posté par dina_gar à 10:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

film:" Mapplethorpe : look at the pictures " de Fenton Bailey et Randy Barbato.

 

     Robert Mapplethorpe a été un grand photographe , et pourtant il n'aimait pas la photographie car son père était un passionné de cet art.

     Dans la salle j'étais la seule femme parmi une petite vingtaine d'hommes   .Puis j'ai compris ; au tout début du film  il est dit que   R. M . était homosexuel. j Si j'avais vu de ses photos je m'en serais doutée , mais je ne le connaissais que par son nom.

   On suit son parcours depuis sa jeunesse  tranquille puis sa liaison  avec Patti Smith , qui fut pour lui surtout une amie,  puis ses amants.  Il est mort du sida en 1989

     Le film  est fait d'entretiens avec  ceux qui l'ont connu; il a fait en sorte qu'on garde de lui  l'image d'un homme "sulfureux"...

Posté par dina_gar à 10:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]