Un gros pavé de 1163 pages que j'ai mis longtemps à lire. Une belle littérature qui peint la vie près du Danube et le paysage - le passage des Carpates- qui joue un grand rôle dans le livre.

  Le peuple serbe rêve de Russie , mais les migrations s'arrêteront en Autriche, peu d'entre eux iront jusquau bout de leurs ambitions..

 Beaucoup de personnages dans le livre et on suit en particulier Pavle Issakovitch ,  veuf  un peu fantasque qui serait comme le prototype du serbe migrant.

 Je transcris le texte de la quatrième de couverture.

 " Au XVIII ème siècle, pour fuir la domination des Turcs, des milliers de Serbes émigraient vers l'empire  voisin. Ils devenaient militaires ou commerçants. Mais beaucoup d'entre eux rêvaient d'une terre plus lointaine, une terre slave et orthodoxe comme la leur, où ils pourraient refaire leur vie: la Russie.

   "Migrations" est le roman de cette diaspora. Au-delà de l'anecdote historique, entremêlée de drames et de comédies, un sentiment  de profonde mélancolie parcourt le livre . Du malheur de  notre condition,Tsernianski ne coclut pas au silence ou à l'absence des dieux. Au contraire, une divinité perfide- qu'il nomme "le hasard comédien "- semble toujours se jouer cyniquement du sort des individus et des peuples"