Dans ce beau livre j'ai aimé le style, une écriture  qui , après  peu de pages, m'a conquise . Huit vies de personnes seules ou en  couple  ou avec lien fraternel, très différentes mais chacune d'un grand intérêt ,même- surtout- si qualifiées de minuscules.

        D'abord André Dufourneau, jeune orphelin  placé dans une famille où on le fait travailler, pour son bien ...

        Puis la" vie d'Antoine Peluchet", chronique d'une famille avec les travaux des champs , des faits réels ou imaginés comme le voyage en Amérique , les bistrots aussi, lieux de bavardages du village...

        " Vie d'Eugène et de Clara" , les grands parents du narrateur , " Clara qui éclipsait presque totalement la figure de mon grand-père Eugène".

        "Vie des frères Bakroot" permet d'évoquer l'enfance du narrateur , en classe avec l'un des frères  , puis la pension . C'est l'occasion aussi ,pour celui qui écrit, de parler de lui  ; il a grandi ,a fait du théâtre ,a une amie Marianne , il boit un peu trop    , vit une grosse bagarre avec  un aviné comme lui  ,  il est blessé au visage  et fait connaissance de la vie à l'hôpital où il lit le livre qu'il emmène partout ," Gilles de Rais ". Là , il rencontre Foucault , le "père Foucault " comme l'appellent les infirmières . La" vie de Foucault " m'a émue , personnage  humble et plein de dignité...

     Ensuite ce seront les vies" de Georges Bandy" ," de Claudette " et "de la petite morte"

     Un livre passionnant  , plein d'humanisme,  que j'avais du mal à quitter . Il m'a donné l'envie  de lire d'autres livres de Pierre Michon .