Un film tout déjanté , mais pas tant que  cela paraît.

    Premières images : un pompier défèque au milieu de la chaussée  alors qu'une voiture brûle ,  que le camion des pompiers est là , avec tous ceux-ci  alignés et adossés audit  camion.Le ton est donné, le film s'engage dans l'absurde,jusque dans les plus petits détails, par exemple  le réveil  qui marque 7h60, heure du lever de Dolph. Un matin Dolph ne retrouve pas son chien Paul , c'est le drame du film .  Dolph affolé, en robe de chambre , sort  et demande à son voisin  s'il a vu son chien . Ce voisin est un  personnage inquiétant car il ne fait rien comme les autres , il représente dans le film  celui qui fuit la banalité de la vie quotidienne ; d'ailleurs il est en train de charger sa voiture  pour partir ... où?... il ne sait pas ... et sa courte conversation  avec Dolph est pleine de contradictions..

    Tout le long du film se succèdent des scènes absurdes avec le jardinier , la vendeuse de pizza , un policier , monsieur Chang , une espèce de gourou qui a le "flair" pour retrouver les chiens perdus et que tous semblent connaître, un détective privé, et les collègues de travail de Dolph  qui le regardent de travers car il est licencié depuis3 mois et s'obstine à ne rien changer à ses habitudes... Pourtant ce travail n'est pas agréable , il y pleut  , mais tous s'en accommodent   comme si c'était une règle à suivre  dans la banalité de la vie de tous les jours...

     A la fin dans la joie de Dolph d'avoir retrouvé son chien , une note triste  : il n'a qu'une personne à qui annoncer  la bonne nouvelle: le voisin  du début qui a choisi une autre vie et qu'on voit perdu dans le néant d'un désert angoissant....

  En sortant  j'étais assez perplexe , et cette image de la fin  m'avait perturbée  , et tous comptes faits  j'ai aimé ce film ...