Cela se passe au tout début duXXème siècle au moment où les Philippines passent de la domination espagnole (de 1565 à1898) à celle des Etats Unis. Le film commence par des images de fête genre kermesse et dès le début j'ai été frappée par le côté archaïque  de ce film ,  comme  du cinéma muet ... Un coup de fusil  et tout se fige dans la peur ...

       Une mère et son fils préparent leurs affaires pour fuir dans la forêt .Ils y trouvent une cabane abandonnée , la retapent , s'y installent  puis mènent une vie frugale à base de cueillette , chasse et pêche...   Atmosphère inquiétante et glauque de cette forêt -fabriquée en studio- et qui est toujours présente. Tout cela dans une esthétique du cinéma de l'époque du récit  -comme un conte , une légende- , en noir et blanc, au format presque carré... Pour bien situer le film dans le temps, à un moment la pellicule brûle, se détruit   et l'image revient sur un  document d'archives , vrai ou faux ... On se trouve de nouveau dans la forêt, avec sa belle bande -son -bruissement de feuilles , gargouillis d'eau- et  surgissent parfois des scènes  érotiques qui hantent l'esprit du  garçon seul avec sa mère .. Un jour il trouve le corps inanimé d'une jeune femme qui vient d'être violée -on entend seulement  des voix d'hommes qui se réjouissent de ce qu'ils ont fait- .Il la ramène à la cabane; elle reprend vie ,  la mère tombe malade et meurt :  de la terre fraîchement remuée , une croix grossière  et le fils qui pleure...  La vie continue... tableau suivant : la jeune femme est enceinte (de qui ? ) peu importe la famille est reconstituée... Un garçon naît à qui le père  raconte l'histoire du grand père et des serpents; la chaîne de la tradition continue ...Un cyclone va bouleverser la vie tranquille de la famille   Le film se termine comme un conte entre ciel et terre, ciel qui se colore d' ocre-rouge et l'enfant est seul dans ce paysage qui a un côté "origine du monde" assez fascinant bien que tragique.

     Dans tout le film j'ai senti la part des croyances traditionnelles: apparition d'une silhouette noire cernée d'une ligne blanche... et quand le fils se perd dans la forêt , revenant toujours au même endroit, il enlève sa chemise , la remet à l'envers   -façon de conjurer le mauvais sort ? - J'ai noté aussi une façon théâtrale de montrer les choses.... Le réalisateur est jeune et c'est le 2ème long métrage qui sort en salles après "A short film about  the Indio Nacional"  D'autres de ses films ont été  projetés  au "cinéma du réel " ... Un réalisateur  à suivre ..