Je n'ai vu que 10 films,le séjour ayant été gâché en partie par une chute sur la fondamenta San Felice qui m'a tenue éloignée de la salle de cinéma Rossini  au coeur de Venise l'après-midi et la nuit du  6 septembre passés aux urgences de l'hôpital  San Giovanni e san Paolo où j'ai été très bien soignée. Je m'en sors avec une cicatrice au front...et la chance d'avoir eu mes amis qui m'ont aidée à passer ce cap ...

   Ce cinéma de trois  salles projette,  pendant la période de la Mostra qui a lieu  au Lido , une sélection de films choisis parmi toutes les sessions , en général 3 films par jour à 16h,19h, 21 h. Ce programme au Rossini  s'appelle " Esterno Notte".. Le choix est limité mais cela évite de prendre le bateau tous les jours , donc une perte de temps...

    Sur ces 10 films je n'en retiens que 2.

     -"Polina, danser sa vie" de Valérie Mûller et Angelin Preljocaj , danseur et chorégraphe. Un documentaire sur la danse avec la fille - je suppose- du chorégraphe. C'est d'une beauté  calme  et apaisante, pleine de grâce , en contraste avec  la foule  de touristes qui ,  si leur nombre continue à grimper , rendront  cette ville invivable à certaines périodes....

     - "Vangelo " de Pippo Delbono ; je l'ai choisi à cause du réalisateur que j'apprécie. Cela commence par une" leçon" d'humanité déclinée par Pippo Delbono, très sensible aux souffrances  des hommes ; ces hommes  sont  ceux qui arrivent toutes les nuits, ou presque , sur les côtes italiennes, fuyant les horreurs de la guerre ... Parmi eux , Pippo  choisit les  personnages de la passion du  Christ. Et le film se termine par la "cène " s'inspirant de L de Vinci.

    Parmi les autres films que jai vus l'un d'eux a été  retenu par la critique : "Nocturnal animals" de Tom Ford,  un film violent sur les  agressions nocturnes...

    Une salle de cinéma , à Venise , semble un refuge où il est bon de se  trouver pour fuir  les" calle" où il devient difficile  de se frayer un passage pour avancer . Venise devient un lieu obligé mais pas forcément apprécié .. Le tourisme n'est plus ce qu'il était  , je termine par une banalité et j'en suis désolée.....