Il s'agit du bois de Vincennes où la réalisatrice va s'entretenir avec  les habitués du bois, ceux qui le fréquentent, qui y pratiquent leur métier, qui y vivent  , cela en diverses saisons...

   Il y a les lieux de drague homosexuelle , le coin des pêcheurs à la ligne,  ceux de  qui exercent leurs muscles en soulevant des troncs  d'arbres coupés , ceux  pour qui se baladent à vélo et ceux  pour  qui ont choisi d'y vivre , avec tente et tout le matériel nécessaire.

   Et le  film se termine par une fête guinéenne , dansante et très colorée...

  Dans le film , un moment sérieux quand apparaît, en surimpression et en hommage au philosophe, le visage de Deleuze qui dit un de ses textes ; sa fille Emilie accompagne Claire Simon pour évoquer la faculté de Vincennes, héritage de mai 68, et dont il ne reste rien. On peut s'étonner du côté éphémère de cette faculté  , les herbes et les arbres ont repris leurs droits..

   Film intéressant pour moi qui ne suis jamais allée au bois de Vincennes  ; une promenade à envisager... mais il y a tellement de bois près de chez moi....