Un grand , beau film  ...  Dès le début , j'ai été impressionnée par les gros plans sur les visages, sur lesquels tout peut se lire , des sentiments aux émotions... Adèle ( Adèle Exarchopoulos ) est extraordinaire pendant tout le film ; d'abord en étudiante de lycée , puis en amoureuse passionnée , en institutrice qui aime son métier   et en débris rejeté après rupture ...... Car dans le film ,  le plus important et qui conditionne le tout, c'est la différence de classe sociale...

    Emma ( Léa Seydoux) est plus âgée , étudiante en 4ème année des Beaux Arts,  et d'une famille aisée . Dans la seconde partie du film elle est artiste confirmée  et Adèle  vit avec elle  . Dans une scène , Adèle fait la cuisine , lave les plats après une réception des amis d'Emma... A ceux qui lui demandent ce qu'elle fait , elle répond avec simplicité et naturel  qu'elle est institutrice ; cela jette un froid , on se détourne d'elle comme se détournera Emma qui vivra sa vie avec Elise  et sa fillette , en somme en couple  désormais normal  avec enfant....  Et pourtant la passion entre elles deux fut grande , comme jamais peut-être elles n'en vivront  plus ni l'une ni l'autre...

   Adèle est pathétique   quand  ,dans une autre scène , elle s'habille pour aller à un vernissage d'une exposition des peintures d'Emma qui a changé de muse ..Elle se "déguise " avec une robe bleue de la couleur des cheveux d'Emma quand elle l'a rencontrée , et se retrouve mal dans  sa peau au milieu de personnes à l'aise  dans leur monde futile de nantis...  Elle repart  seule sur le trottoir qui la ramène chez elle , comme au début du film avant la "Rencontre "....

    Un film superbe; une palme d'or à Cannes, c'est presque pas assez pour un tel chef d'oeuvre ...