Enfin un prix Goncourt qui me plaît ; bien sûr le Houellebecq m'avait plu aussi comme me plaisent tous ses romans ,  mais pas pour les mêmes raisons... Ici l'écriture est belle , un français impeccable ; c'est le premier roman que je lis de cet auteur. Des petites similitudes entre son parcours et celui des deux héros -sauf la fin - ; Matthieu et Libero qui vont" apprendre" à Paris , à la Sorbonne et qui sont  déçus. L'auteur enseigne à l'étranger ....

    Matthieu et Libero reviennent en Corse et vont gérer le bar du village .Ils sont pleins  d'ambition, de beaux projets généreux,  au début c'est le paradis .Ils se laissent entraîner vers une mauvaise pente ,la facilité et la vulgarité.. Leur paradis devient enfer et se termine en drame .

    Libero , à Paris,étudiait Augustin et la pensée de ce philosophe chrétien  baigne tout le livre : la fragilité des entreprises humaines , l'inévitable fin des empires (et les fins sont terribles) , ce qui a été édifié est détruit et l'histoire recommence  sur des ruines ...

 J'ai beaucoup aimé ce livre ...