Une histoire banale : Andres, 34ans, après de brillantes études ,s'est laissé glisser dans un  mal être qui l'a mené vers toutes les drogues possibles et une maison de cure de désintoxication . Le film conte la difficulté de cet être sensible , fragile, à s'en sortir. Histoire banale, mais contée de façon à ce que le spectateur entre en osmose avec le héros . Moi qui  suis comme une éponge et absorbe tout  j'ai été très touchée par ce film  ;

    -touchée dès le début par la tentative de suicide d'Andres , dans un lac voisin de la maison de cure ;

    -touchée par la scène de l'entretien  d'embauche quand j'ai senti  le moment où il a basculé, a repris son dossier et l'a jeté en sortant  dans le caniveau ou une poubelle de rue ;

   - touchée quand  il a acheté un gramme de drogue après avoir volé de l'argent dans les poches des vêtements des amis réunis  pour une fête d'anniversaire où il a bu de l'alcool;

    - touchée aussi , au début , qand son ami Thomas  lui fait un portait de sa vie de famille -il est marié avec deux enfants-  et s'ennuie dans son couple , c'est le lot des conventions ....

     - touchée par la façon d'Andres de téléphoner  trois fois à une ancienne amie ,  comme des appels au secours n'attendant pas de réponse ...  .. et par sa marche dans Oslo à la recherche de sa renaissance .....

    Et tout cela dans une journée , ce 31 août de l'entretien d'embauche , jour où tout peut se passer  , et où sa vie est de nouveau en suspens ...

  J'ai aimé ce film , avec le drame qui se joue dans une ville ,Oslo, magnifiquement filmée par des vues fixes, au début du film ,avec des "je me souviens".... Il est inspiré par le livre de Drieu La Rochelle  "Le feu follet"...