Ce livre a reçu le prix Campiello  en Italie , en 2010 . Je l'ai lu en traduction  .

   Cela se passe dans un village de Sardaigne , Soreni,  dans les années 50.   Maria est la quatrième fille  d'Anna Teresa Listru,  veuve de condition modeste.  Quand elle atteint ses 6 ans, sa mère , trop pauvre,  la cède à Tzia Bonaria, la vieille couturière veuve d'un jeune mari mort à la guerre et sans  enfant ... Maria, la "fiile d'âme" de Tzia Bonaria est  choyée ,  et fait des études  , ce qui est un privilège à cette époque  .  Pourtant  , un secret la tourmente : parfois on vient chercher  Tzia Bonaria en pleine nuit   et elle se demande pourquoi  , pour aller où ? .

   Au village on sait que la vieille couturière est la "dernière mère ", l'accabadora ...  la première mère étant celle qui donne la vie.

   Maria est mise au courant par  Andria , le fils des voisins . Elle est choquée et part se placer à Turin . A la fin , elle comprend tout  .

   J'ai aimé ce roman  plein d'une atmosphère particulière  à des traditions que je ne connais pas , celles de la Sardaigne.