Un spectacle qui m'a enchantée, il suit la carrière de Miguel de Molina, chanteur espagnol né à Malaga en 1908 et mort en Argentine en 1993. Persécuté par le régime franquiste ,il quitte l'Espagne pour un long exil qui le mène en Argentine ; il y rencontre  Eva Peron , la femme du dictateur argentin . Celle-ci se trouve des affinités avec le chanteur , elle aussi a été fascinée par le monde du spectacle ;  cela la rend suspecte aux yeux des puissants du pays .   "Vous avez été un pédé pour le franquisme et moi j'ai été une pute pour l'oligarchie  de mon pays"  dira-t-elle.

       "Miguel de Molina était l'artiste le plus génial de cette époque et c'est sur lui que la hargne des nouveaux maîtres d'Espagne s'est abattue. Avec toute la force , l'arrogance et la vulgarité de ceux qui se  sentaient intouchables" ( Arturo  Perez- Reverte )

       " Ces dialogues, émaillés des musiques et chansons, font revivre ces deux marginaux, lumineux et uniques, qui ont défié l'histoire avec les armes de la représentation théâtrale : lui avec celles qui sont propres à la scène et elle  avec celles des coulisses du pouvoir . Cette narration théâtrale s'inspire librement de l'histoire réelle en la ponctuant d'une série de numéros de music-hall. Cela permet aux personnages  d'accéder à leur splendeur mythologique, de s'envoler dans les stratosphères de leur démesure et de leur folie  "( Alfredo  Arias)