On sent dans ce film la grande sympathie qui unit le réalisateur à la famille Dorkel..Il a lui-même des origines tziganes  serbes .Pendant ses études il a désiré retrouver la partie de sa famille restée nomade .Il a rencontré les Dorkel qui ne sont pas  sa famille de sang mais qui l'ont accueilli. Depuis 14 ans , il" apprend" le monde gitan et il a mis 7 ans pour faire ce film . Un film qui me met mal à l'aise , car des Dorkel ont fait parler d'eux  dans le sud de l'Oise et dans le Val d'Oise il y a pas mal d'années. Il faut donc que  j'évacue des a-priori   pour en parler "sainement ".. Il a été tourné dans le camp de nomades de Beauvais où la famille Dorkel fait partie d'une communauté de gens du voyage qui a ses règles de vie , ses codes et une grande ferveur religieuse à la foi évangélique . La vie y est dure , violente....

     Le film commence par un gros plan sur le capot d'une BMW noire , immatriculée dans l'Oise  ... puis des disputes de voisinage, des longues discussions sur des sujets matériels minimes ... Il est difficile de s'entendre , de vivre en bon accord  avec les autres ...  Fred Dorkel ,à la corpulence  imposante, le caïd , vole des grosses voitures ,  des BMW surtout , elles lui donnent tout  ce qu'il n'a pas : une place( illusoire )dans la société , la considération des siens ,   ces voitures sont solides , fiables ...  il se sent bien dedans. Un jour ,il a une hallucination , il croit voir un ange  et il se pense l'envoyé du Seigneur ; il devient bon , ne boit plus , ne vole plus ; cela dure un temps ,  puis il se demande comment vivre s'il ne vole plus ... et c'est reparti  .... Le beau chien blanc  qu'il avait pris pour un ange va être la victime de son retour à sa vie  de vols ... Cette partie du film , qui est la partie "fiction " a été imaginée avec les Dorkel  , ce sont eux qui ont" mené "le film.

     De très belles scènes dans ce film  : les gens autour d'un feu de bois sur la prairie ; on fait cuire des saucisses pour  des hot-dog ; les disputes sont oubliées , tout le monde est content  , la lumière est belle , le chien met une note claire.... On dirait un tableau genre Breughel ....   Le réalisateur sait rendre  sympathique cette famille Dorkel et je sens que c'est un film qui va me poursuivre longtemps,et qui m'a fascinée.