C'est une pièce de Dimitris Dimitriadis mise en scène par  Giorgio Barberio Corsetti. J'avais vu à Bobigny "Je meurs comme un pays" de cet auteur . J'étais peut-être fatiguée , j'avais vu un film avant ; je n'étais pas entrée dans ce texte dit par deux comédiens dont Anne Alvaro ; cela m'avait paru difficile d'accès ....  Ce qui m'a attirée à l'Odéon c'est la mise en scène de  Giorgio Barberio Corsetti. Il est connu pour la façon  spectaculaire de mettre en scène avec un espace - plateau  qui évolue beaucoup et vite...

     Le texte est inspiré un peu de"la ronde" de Schnitzler : quatre couples se font , se défont , se refont , avec bien des répétitions qui ne sont jamais tout à fait identiques, au rythme de la ronde ou du cercle. On a toutes sortes de possibllités de ce qui peut former un couple et toutes les déviances possibles entre deux ou trois  personnes de même sexe  ou de sexe opposé, et cela peut aller jusqu'à l'horreur.. Cela commence assez traditionnellement  avec la présentation  des couples l'un après l'autre avec décors différents; puis tout se complique, on ne sait plus qui est avec qui , cela n'a que peu d'importance. Peu à peu, les personnes se détruisent et réapparaissent  -nombre impressionnant de coups de feu avec la tension qui monte ,.A la fin , un plan incliné bleu , génial ,sur lequel les divers personnages  se laissent glisser vers le néant  ; c'est même très beau esthétiquement. Spectacle intéressant  avec un langage dur et assez cru ....