Je viens de lire en italien ce livre  sorti en 1955   créant un véritable  événement qui a remué le monde politique italien  et suscité l'admiration de grands esprits européens comme Sartre ,Bertrand Russel  , l'Abbé Pierre .... D'abord le titre  ," Banditi"  a deux significations , bandits mais aussi  bannis , ceux qui sont mis au ban de la société. Pour cette raison ,l'auteur voulait mettre  des guillemets  mais cela lui a été refusé. Les "autorités" voulaient signifier en somme que les bannis étaient des bandits , aucune distinction entre eux. C'est vrai que les miséreux de Partinico  ou de Trappeto (nord-ouest de la Sicile , près de Palerme) se voyaient acculés à des  extrémités: pour quelques lires, ils volaient  ou ils commettaient d'autres délits pas trop graves qui les envoyaient en prison ,  alors que les"autorités" fermaient les yeux sur des trafics en tous genres et surtout sur les bateaux de pêche qui ,dans le golfe de Castellammare,pratiquaient  une pêche illégale, privant de cette ressource les pêcheurs du coin. Il est vrai que les "autorités" étaient plus soucieuses de ne pas déranger  les activités de la mafia que de protéger  les habitants .

    L'auteur  Danilo Dolci est né en 1924 près de Trieste d'une mère slovène et d'un père italien , employé aux chemins de fer . Il est mort en 1997 à Trappeto où il s'était installé pour être auprès des italiens les plus défavorisés. Ce sociologue , écrivain , poête ,éducateur...  et adepte de la non-violence était considéré comme le "Gandhi itallien"; il vivait pour améliorer le sort des plus faibles ..Son parcours est long, partout où il y a des causes à défendre , une sorte de saint laïque , opposé au régime fasciste ...je ne détaille pas , Wikipedia le fait mieux  que moi .

    Je reviens au livre qui m'a profondément émue .  Toutes les horreurs racontées se vivaient encore il y a soixante ans. Une première partie dit comment étaient gérées Partinico et Trappeto  et comment on y vivait  -très mal. Ensuite ce sont les histoires de certains des habitants, récits de  faim , de misère, de folie , de maladies, d'ignorance , de prison....Il fallait dans ces lieux accomplir une "rivoluzione dal di dentro" , une révolution du dedans , de l'intérieur , des origines du mal ... Ces villes de bannis semblaient ne pas exister poue l'état . Dans le livre sont  retranscrites les nombreuses lettres envoyées à Palerme pour dénoncer la pêche illégale . En vain ...   Danilo Dolci , de par son action , toujours non-violente, va ouvrir des écoles pour les enfants  , il oeuvre aussi pour que des égouts soient créés - le manque d'égouts multipliaient les cas de maladies.. Il va faire en sorte qu'on bâtisse une digue sur le fleuve Jato (c'était la mafia qui avait le monopole de l'irrigation  )      Tout cela fait qu'il a reçu , à Moscou , en 1957 , le prix Lenine pour la paix   . J'ai lu aussi quelque part (mais je n'ai pas retrouvé où ) qu'il aurait été sur la liste des nobelisables  pour la paix - je ne sais plus en quelle année ...Il a créé  une méthode d'enseignement, il a écrit de nombreux livres, des poémes...

   Dans la préface du livre , le philosophe Norberto Bobbio commence en disant  qu'il aimerait que ce livre soit lu  par beaucoup et transmis par les enseignants aux générations futures..C'est ce que je me suis dit en fermant ce livre , surtout en ce moment d'incertitude sur l'avenir .. J'ai surtout découvert   un "Grand " que je ne connaissais pas et c'est toujours réjouissant de penser  qu'existent-ou ont existé- des personnes si admirables.