Film terrible  où on frôle la folie , Maria (Isabelle Huppert ) a souvent ce mot "fou " à la bouche , elle en a peur  (son fils ?) , elle aussi qui ne veut pas admettre qu'elle doit quitter la plantation , quitter cette maison qui ,au cours du film , devient de plus en plus perméable  au danger , aux intrus ; d'abord le "boxeur"  un guérillero recherché, blessé , ni mort ni vif ,qui s'est approprié la chambre du fils Manuel ; les enfants-soldats (?) qui  visitent la salle de bain , dorment dans un fauteuil , volent des objets...  Le film commence par la fin  ; première scène : Maria sur le chemin de retour vers sa maison , dans une robe élégante , transparente au soleil , incongrue en ce lieu  , c'est le dernier jour .. où tout s'écroule , elle s'est habillée en européenne pour la (sa) fin , comme un défi, un sursaut de son identité... Cette fin on la verra à la fin du film ...  En attendant on assiste à la progression du danger entre les troupes régulières  et les irrégulières comme ces racketteurs qui demandent de l'argent pour pouvoir continuer son chemin ("Et vous leur avez donné 100 dollars ? c'est vous qui pourrissez ce pays"dit un policier à Maria), les enfants armés , les guérilleros (le "boxeur "en est un ). .Et au-dessus de tout cette guerre qui se prépare il y a le désir fou de Maria de finir la récolte du café ; cela semble vital pour elle , plus que pour les hommes qui l'entourent  : son ex mari  et son père qui ne pensent qu'à partir-ils sont lucides- et son fils Manuel qui ne fait rien ; elle trouve ces hommes mous , c'est elle qui fait tout ... Elle fait même des efforts pour sembler  adaptée au pays , elle connaît les  prénoms des  noirs  qui l'arrêtent , de ses employés  ,  rien n'y fait , la fin va se précipiter  , la réalisatrice emploie beaucoup les ellipses  et tout va très vite  .Les rebelles ont saccagé l'école , la pharmacie (on les voit manger des pillules , des comprimés , n'importe quoi   , c'est tout du" white material "....) puis la maison  de la plantation Vial ... où Maria arrive dans sa robe légère... Un grand film très dur et qui mérite qu'on accepte la difficulté d'y entrer , d'entrer  en Afrique avec ses problèmes  qui ont nom : colonisation, guerres ,maladies , misère, violence.....