" Vincere" de Marco Bellocchio   vu en avant-première.    Film très fort, je l'ai beaucoup aimé.   Il commence par une scène, une espèce de claque qui donne le ton du film. Déjà on y voit toute l'imposture du personnage , on sait dès ces cinq minutes que le film sera sans concession.

     C'est au cours d'une réunion publique du parti socialiste  .   Pendant que Mussolini a la parole (façon de dire car , en fait , il ne parle presque pas ), une jeune fille le regarde ,les yeux éblouis .A la sortie elle fait en sorte de se trouver sur son chemin et cela se termine dans l'atelier de couture d'Ida Dasler; pour elle commence une passion presque pathologique qui durera toute sa vie   Et elle aura un enfant , Benito , comme son géniteur., et qui aurait été reconnu .....  Dans la scène du duel opposant  Mussolini à un autre socialiste, Treves,  on peut voir un clin d'oeil de Bellocchio aux difficultés actuelles de la gauche italienne... De même on peut  imaginer quelques similitudes entre Mussolini et Berlusconi  dans ce film qui sort maintenant, après  l'étalage des affaires privées du président  , affaires qui ont  troublé quelque peu l'atmosphère de la  dernière mostra de  Venise  ...   Mussolini a épousé Rachele Guidi , a eu quatre enfants et s'est débarrassé de   l'emcombrante Ida en la faisant interner d'abord près de Trente ,à Pergine, puis à San Clemente hôpital psychiatrique  sur une île de la lagune vénitienne. Elle ne reverra jamais son fils dont le tuteur sera d'abord son oncle, mari de la soeur d'Ida , puis un nommé Bernardi , membre du parti fasciste.   Ida  nourrit une obsession tenace: elle est l'épouse de Mussolini , son fils devrait être traité en prince, avoir tous les droits.  Ils mourront tous les trois , Mussolini , Ida et le fils entre 1942 et 1945 ,  pas de la même façon ....  Au cours du film, des documents d'archives de l'institut Luce en noir et blanc , bien sûr, sont montrés; certains sont très connus: par exemple celui où on voit Mussolini  du haut d'un balcon lançant, poing levé ,ses"Vinceremo" à une foule en délire ; c'était avant la campagne d'Ethiopie , alors que les soldats manquaient du strict nécessaire ..... Pauvre Italie ! ! !      Un grand film ...