Je craignais un film plus abstrait ; j'ai vu des films du  cinéaste catalan, Pere Portabella ,  au festival de Pesaro en 2006  , en particulier "le pont de Varsovie" et quelques- uns de ses premiers films et j'avoue ne pas avoir  compris grand  - chose.  Mais j'ai vu un film magnifique , à pleurer devant tant de beauté , celle de la musique, bien sûr, mais aussi  celle des images ,   liées entre elles par une grande sensibilité ,tout au   cours d'une quinzaine de scènes sans grand rapport entre elles.. Les premières images sont les plus énigmatiques : une espèce de grand musée aux murs blancs et nus  , un piano mécanique joue une des variations Goldberg...   Autre scène dans cet espace blanc , un accordeur de piano   aveugle , avec chien Labrador , arrive , s'installe  et travaille  ; belles images du chien qui attend que son maître finisse et qui semble très sensible au son des notes.   A un autre moment on voit aussi un chat  perché sur un meuble.   Puis des évocations de la vie de Bach   Au marché de Leipzig, le boucher de Mendelssohn lui enveloppe sa viande dans les partitions de" la passion selon "St Matthieu " vrai ou faux ? aucune importance, la légende est belle.. Un film qui nourrit et j'en suis sortie rassasiée  de " Beau ".