Je viens de terminer"journée d'un opritchnik" de V Sorokine...   Les opritchniks étaient  membres d'une milice spéciale, ils étaient les gardes du corps du Tsar Ivan le Terrible .Ils avaient tous les droits , voler , violer , tuer... En fait c'étaient des voyous recyclés dans la barbarie légalisée. Leurs symboles étaient la tête de chien et un balai pour "attraper les traitres et  les balayer du royaume", les supprimer physiquement.

     Sorokine va imaginer dans la Russie future (2028) le retour d'une telle opritchnina et l'un de ses membres , Andreï Komiaga, raconte une de ses journées ordinaires,  de façon naturelle, sans se poser de questions ....    Depuis sa voiture ,qu'il appelle son "destrier", construite en Chine et" ornée "d'une tête de chien récemment tranchée et accrochée au pare- choc avant - un chien sacrifié tous les jours-, il  organise les représailles de la journée  : un aristocrate à liquider , une enquête sur les détournements d'argent à la frontière chinoise,  enquête aussi sur un artiste qui calomnie la femme du Souverain....tout cela entre prières  et scènes d'orgies   ..  C'est terrible, cela fait peur , c'est la Russie de 2028 qui hait ce qui vient de l'ouest mais qui fait ami -ami avec la Chine...... Sorokine fait partie de ces jeunes écrivains russes , comme Pélévine, qui manient  la satire avec dextérité pour parler de leur pays en pleine déraison  ..Ce livre est comme une provocation politique.... mais outre que provocateur  l'auteur pourrait être aussi un visionnaire    ...